Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle

Campagne de dépistage de l’HTA « Prenez votre tension en main »

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 01 Sep 2019. Posté dans Actualités

Sous l’égide du Comité de Lutte contre l’HTA (CFLHTA) et de la Fondation de Recherche sur l’HTA (FRHTA) qui met à disposition l’application depistHTA, la campagne « prenez votre tension en main »

est destinée à promouvoir l’auto dépistage de l’HTA chez les adultes en bonne santé.

Pour réaliser le dépistage de l’HTA,  téléchargez gratuitement sur un smartphone ou une tablette, l’application depistHTA

Vous devez disposez d’un tensiomètre automatique.

Profitez de l’OFFRE SPECIALE pour l’achat d’un tensiomètre à prix réduit, mise en place par la FRHTA  avec la soutien des sociétés Holtex et Spengler dans le cadre d’une opération de produit-partage.

Choisir un tensiomètre

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 19 Août 2019. Posté dans Actualités

Pour une mesure de la tension par un professionel de santé ou un particulier, les tensiomètres automatiques sont conseillés. Leur fiabilité est aujourd’hui reconnue et les mesures sont plus précises que celles obtenues avec un tensiomètre traditionnel (méthode auscultatoire).

En conséquence,  le tensiomètre automatique affiche la tension SYS avec 3 chiffres et la tension DIA avec 2 chiffres. Ainsi, par exemple, une tension annoncée à 12/8 par le médecin pourrait s’afficher à 128/84 sur le tensiomètre automatique.

La valeur PULSE indique les battements cardiaques par minute. Cette valeur est indicative et ne permet pas de faire un diagnostic.  

La précision pour la SYS et la DIA des tensiomètres automatiques est plus grande

Les tensiomètres qui donnent des mesures valides se positionnent sur le bras ou sur le poignet. 

Les autres méthodes ne sont pas fiables et parfois fantaisistes et sont déconseillées pour un usage médical.

Les applications « avec le doigt » sont fantaisistes pour la mesure de la tension

Les tensiomètres de poignet

Les tensiomètres de poignet sont d’un faible encombrement et d’un prix plus bas et sont frequemment le premier achat du public. Attention, la mesure est influencée par la position du boitier et par la hauteur de la main par rapport au coeur. Mesurer la tension en se croisant les bras est un bon moyen d’eviter les erreurs de mesure. 

Avec le tensiomètre de poignet, position « bras croisée »

Les tensiomètres positionnés sur le bras sont conseillés par les spécialistes car ils sont d’un usage simplifié

Ainsi, avec un tensiomètre automatique le brassard positionné sur le bras peut recouvrir la manche d’un vêtement de l’épaisseur d’une chemise.

Le brassard peut être mis sur le bras droit ou le bras gauche. Pour faciliter la mise en place du brassard par le sujet sans l’aide d’un tiers, un droitier mesurera la tension sur le bras gauche et un gaucher sur le bras droit.

Le brassard de bras peut recouvrir une chemise

 

Attention à la taille du brassard lors de l’achat du tensiomètre

Le brassard doit être adapté à la taille (périmètre) du bras.

En standard, le tensiomètre est équipé avec un brassard de taille M (22 à 36 cm) ou L (32 à 42 cm).

En cas de surpoids, choisir un tensiomètre avec un brassard de taille L.

En cas d’obésité sévère, il est préférable d’utiliser un tensiomètre de poignet ou un tensiomètre de bras avec brassard XL (42 à 50 cm).

Le brassard doit être adapté à la taille du bras

La validation des tensiomètres 

Les tensiomètres sont des dispositifs médicaux de classe IIa.

La liste des tensiomètres utilisables pour la réalisation de l’automesure tensionnelle et commercialisés en France n’est plus mise à jour par l’ANSM depuis le 8 août 2012 car la preuve de la validation clinique d’un nouveau tensiomètre n’est plus demandée.

Lorsqu’un fabricant indique qu’un tensiomètre a obtenu une validation clinique A/A selon le protocole BHS ou AAMI, celà signifie que les mesures SYS/DIA entre le tensiomètre testé et le tensiomètre de référence ont été dans une concordance de moins de 5 mmHg pour 60%  des mesures et de moins de 15 mmHg pour 95% des mesures. 

Les fonctions supplémentaires

Ce sont principalement : la moyenne des enregistrements, la détection de l’arythmie, l’envoi des données. Elles augmentent le prix du tensiomètre et ne sont pas indispensables au dépistage et au suivi de l’hypertension artérielle.  

Les circonstances particulières 

Dans certains cas, la mesure réalisée par un tensiomètre automatique peut ne pas être fiable, notamment en cas d’arythmie, de pré-éclampsie et chez l’enfant. 

Si le tensiomètres indique un message d’erreur, une nouvelle mesure doit être effectuée.

Journée mondiale contre l’Hypertension Artérielle : les moins de 35 ans sont aussi concernés par l’hypertension

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 17 Mai 2019. Posté dans Actualités

Campagne de dépistage de l’HTA « Prenez votre tension en main »

Sous l’égide du Comité de Lutte contre l’HTA (CFLHTA) et de la Fondation de Recherche sur l’HTA (FRHTA) qui met à disposition l’application depistHTA, la campagne « prenez votre tension en main » est destinée à promouvoir l’auto dépistage de l’HTA chez les adultes en bonne santé. Pour réaliser le dépistage de l’HTA,  téléchargez gratuitement sur un smartphone ou une tablette, l’application depistHTA Vous devez disposez d’un tensiomètre automatique. Profitez de l’OFFRE SPECIALE pour l’achat d’un tensiomètre […]

Choisir un tensiomètre

Pour une mesure de la tension par un professionel de santé ou un particulier, les tensiomètres automatiques sont conseillés. Leur fiabilité est aujourd’hui reconnue et les mesures sont plus précises que celles obtenues avec un tensiomètre traditionnel (méthode auscultatoire). En conséquence,  le tensiomètre automatique affiche la tension SYS avec 3 chiffres et la tension DIA avec 2 chiffres. Ainsi, par exemple, une tension annoncée à 12/8 par le médecin pourrait s’afficher à 128/84 sur le […]

Journée mondiale contre l’Hypertension Artérielle : les moins de 35 ans sont aussi concernés par l’hypertension

Pour le Pr Xavier Girerd, le dépistage d'une hypertension artérielle doit aussi concerner les moins de 35 ans, en particulier ceux qui ont pris du poids et qui consomment des aliments contenant du sel caché.

Le programme « Agir pour l’observance » : la e-santé pour améliorer l’observance

Le programme « Agir pour l’observance » proposé par le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle (FRHTA) et la Société Française d’HyperTension Artérielle (SFHTA) est disponible en application de e-santé et en ligne sur « Agir sur l’observance » « Prendre un médicament quotidien n’est pas un comportement naturel et pourtant, seule une prise régulière permet le contrôle de la pression artérielle et la prévention des complications de l’hypertension artérielle (HTA) […]

Baisse du nombre des patients traités par antihypertenseurs et par statines

Durant le congrès annuel de la Société Française de Cardiologie qui s’est tenu à Paris du 16 au 19 janvier 2018, le Professeur Xavier Girerd, directeur scientifique des études FLAHS réalisées par le Comité Français de lutte contre l’HTA a communiqué que le nombre des patients traités par antihypertenseurs entre 2012 et 2017 avait diminué de 12 % et que le nombre des patients traités par des médicaments anti-cholestérol (statines et fibrates) avait diminué de […]

L’hypertension artérielle est la première cause de maladie dans le monde. En France 30% des sujets âgés de plus de 35 ans sont traités par des médicaments anti-hypertenseurs mais l’hypertension artérielle concerne surtout les plus de 55 ans car l’hypertension artérielle est principalement la conséquence du vieillissement des artères. Le Pr Xavier Girerd, président de la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle, à l’occasion de la Journée mondiale contre l’hypertension, informe qu’en France les moins de 35 ans sont aussi concernés par l’hypertension artérielle. Dans l’étude PREDIC HTA réalisée chez des salariés des boulangeries artisanales en France métropolitaine en 2018, une hypertension artérielle a été observée chez 13% des sujets âgés de moins de 35 ans. Chez ces sujets âgés de moins de 35 ans, lorsque une hypertension artérielle est dépistée, une prise de poids récente de plus de 3 kg a été déclarée par 47% des sujets et une consommation excessive d’aliments riches en sel (pain, fromage, charcuterie, pizza) a été retrouvée chez 60%. Le dépistage d’une hypertension artérielle doit donc aussi concerner tous les adultes âgés de moins de 35 ans, en particulier ceux qui ont pris du poids récemment et ceux qui consomment en quantité excessive des aliments contenant du sel caché.

Le programme « Agir pour l’observance » : la e-santé pour améliorer l’observance

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 01 Oct 2018. Posté dans Actualités

Le programme « Agir pour l’observance » proposé par le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle (FRHTA) et la Société Française d’HyperTension Artérielle (SFHTA) est disponible en application de e-santé et en ligne sur « Agir sur l’observance »

« Prendre un médicament quotidien n’est pas un comportement naturel et pourtant, seule une prise régulière permet le contrôle de la pression artérielle et la prévention des complications de l’hypertension artérielle (HTA) », indique le Docteur Bernard Vaïsse, ancien président du CFLHTA et cardiologue à l’hôpital de la Timone, à Marseille.

Le CFLHTA et la FRHTA  ont mis au point les applications EVAL-OBS® et EVAL-OBSPro à destination des professionnels de santé mais aussi des patients hypertendus pour un usage en auto-diagnostic afin d’estimer le niveau d’observance, à savoir si le traitement est pris régulièrement et conformément à la prescription.

Ces applications sont complémentaires du « Questionnaire de Girerd » proposé depuis 2001 pour l’évaluation de l’observance des traitements.

EvalObsL’application EVAL-OBS® utilise la technique de l’échelle visuelle analogique. Le patient doit placer le curseur suivant une gradation allant de « « je n’ai pris aucun comprimé » à « j’ai pris tous les comprimés » pour répondre à la question : « Comment avez-vous pris tous vos traitements au cours des 15 derniers jours pendant le dernier mois ? ». Grâce au positionnement du curseur sur l’échelle, le médecin ou le patient lui-même va pouvoir déduire une probabilité de la mauvaise observance de la thérapeutique au cours du dernier mois, c’est-à-dire savoir si le traitement a été pris moins de 80% du temps du traitement sur cette période ».

EVAL-OBSPro est un calculateur du risque d’inobservance mis au point sur une population de 2 743 sujets traités pour HTA en France métropolitaine en 2015 (FLAHS 2015). « En renseignant 10 critères relatifs aux caractéristiques personnelles et à l’état de santé du patient, il est possible d’attribuer au patient une des trois catégories de risque d’inobservance : faible, fort ou intermédiaire » indique le Pr Xavier Girerd, cardiologue et Président de la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle qui a mis au point ce calculateur.

EVAL-OBSPro est utilisable gratuitement en ligne sur le site www.comiteHTA.org

Enfin pour agir sur les causes de l’inobservance, le questionnaire « QueObs » permet de reconnaître les principales raisons du mauvais suivi d’un traitement chronique. Lorsqu’un obstacle à la bonne observance est mis en évidence, une proposition est faite afin de résoudre le problème.

L’application EVAL-OBS® est disponible sur le Play Store et sur l’App Store en téléchargement gratuit.

Baisse du nombre des patients traités par antihypertenseurs et par statines

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 22 Jan 2018. Posté dans Actualités

Durant le congrès annuel de la Société Française de Cardiologie qui s’est tenu à Paris du 16 au 19 janvier 2018, le Professeur Xavier Girerd, directeur scientifique des études FLAHS réalisées par le Comité Français de lutte contre l’HTA a communiqué que le nombre des patients traités par antihypertenseurs entre 2012 et 2017 avait diminué de 12 % et que le nombre des patients traités par des médicaments anti-cholestérol (statines et fibrates) avait diminué de 23%. FLAHS17_Statine-pdf-1024x768.jpg

Ces importantes diminutions sont confirmées par l’assurance maladie qui dans un rapport intitulé « Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses » a calculé qu’entre 2012 et 2015 le nombre des patients traités par antihypertenseurs ou hypolipémiants avait effectivement diminué de plus de 250 000. Le commentaire de ce résultat par l’assurance maladie étant « alors que sur la période on retrouve une augmentation de plus de 10 milliards des dépenses de santé, soit + 8,3 % sur la période, cette hausse des dépenses concerne tous les groupes à l’exception du groupe Traitements du risque vasculaire (antihypertenseurs et hypolipémiants) pour lequel on observe une baisse des dépenses de 325 millions d’euros sur l’ensemble de la période ».
Contrairement aux responsables de l’Assurance maladie qui se félicitent de ces chiffres, les médecins spécialistes en prévention cardio-vasculaire s’inquiètent de cette baisse de la prise en charge qui est un indicateur très significatif de la mauvaise observance des traitements antihypertenseurs et des statines. Les conséquences de ce désintérêt des pouvoirs publics et de la population pour la prévention des maladies cardio-vasculaires devrait conduire à observer une augmentation des pathologies cardio-vasculaires dans les années à venir.