Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle

Archive de l'auteur

Le programme « Agir pour l’observance » : la e-santé pour améliorer l’observance

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 01 Oct 2018. Posté dans Actualités

Le programme « Agir pour l’observance » proposé par le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle (FRHTA) et la Société Française d’HyperTension Artérielle (SFHTA) est disponible en application de e-santé et en ligne sur « Agir sur l’observance »

« Prendre un médicament quotidien n’est pas un comportement naturel et pourtant, seule une prise régulière permet le contrôle de la pression artérielle et la prévention des complications de l’hypertension artérielle (HTA) », indique le Docteur Bernard Vaïsse, ancien président du CFLHTA et cardiologue à l’hôpital de la Timone, à Marseille.

Le CFLHTA et la FRHTA  ont mis au point les applications EVAL-OBS® et EVAL-OBSPro à destination des professionnels de santé mais aussi des patients hypertendus pour un usage en auto-diagnostic afin d’estimer le niveau d’observance, à savoir si le traitement est pris régulièrement et conformément à la prescription.

Ces applications sont complémentaires du « Questionnaire de Girerd » proposé depuis 2001 pour l’évaluation de l’observance des traitements.

EvalObsL’application EVAL-OBS® utilise la technique de l’échelle visuelle analogique. Le patient doit placer le curseur suivant une gradation allant de « « je n’ai pris aucun comprimé » à « j’ai pris tous les comprimés » pour répondre à la question : « Comment avez-vous pris tous vos traitements au cours des 15 derniers jours pendant le dernier mois ? ». Grâce au positionnement du curseur sur l’échelle, le médecin ou le patient lui-même va pouvoir déduire une probabilité de la mauvaise observance de la thérapeutique au cours du dernier mois, c’est-à-dire savoir si le traitement a été pris moins de 80% du temps du traitement sur cette période ».

EVAL-OBSPro est un calculateur du risque d’inobservance mis au point sur une population de 2 743 sujets traités pour HTA en France métropolitaine en 2015 (FLAHS 2015). « En renseignant 10 critères relatifs aux caractéristiques personnelles et à l’état de santé du patient, il est possible d’attribuer au patient une des trois catégories de risque d’inobservance : faible, fort ou intermédiaire » indique le Pr Xavier Girerd, cardiologue et Président de la Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle qui a mis au point ce calculateur.

EVAL-OBSPro est utilisable gratuitement en ligne sur le site www.comiteHTA.org

Enfin pour agir sur les causes de l’inobservance, le questionnaire « QueObs » permet de reconnaître les principales raisons du mauvais suivi d’un traitement chronique. Lorsqu’un obstacle à la bonne observance est mis en évidence, une proposition est faite afin de résoudre le problème.

L’application EVAL-OBS® est disponible sur le Play Store et sur l’App Store en téléchargement gratuit.

Baisse du nombre des patients traités par antihypertenseurs et par statines

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 22 Jan 2018. Posté dans Actualités

Durant le congrès annuel de la Société Française de Cardiologie qui s’est tenu à Paris du 16 au 19 janvier 2018, le Professeur Xavier Girerd, directeur scientifique des études FLAHS réalisées par le Comité Français de lutte contre l’HTA a communiqué que le nombre des patients traités par antihypertenseurs entre 2012 et 2017 avait diminué de 12 % et que le nombre des patients traités par des médicaments anti-cholestérol (statines et fibrates) avait diminué de 23%. FLAHS17_Statine-pdf-1024x768.jpg

Ces importantes diminutions sont confirmées par l’assurance maladie qui dans un rapport intitulé « Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses » a calculé qu’entre 2012 et 2015 le nombre des patients traités par antihypertenseurs ou hypolipémiants avait effectivement diminué de plus de 250 000. Le commentaire de ce résultat par l’assurance maladie étant « alors que sur la période on retrouve une augmentation de plus de 10 milliards des dépenses de santé, soit + 8,3 % sur la période, cette hausse des dépenses concerne tous les groupes à l’exception du groupe Traitements du risque vasculaire (antihypertenseurs et hypolipémiants) pour lequel on observe une baisse des dépenses de 325 millions d’euros sur l’ensemble de la période ».
Contrairement aux responsables de l’Assurance maladie qui se félicitent de ces chiffres, les médecins spécialistes en prévention cardio-vasculaire s’inquiètent de cette baisse de la prise en charge qui est un indicateur très significatif de la mauvaise observance des traitements antihypertenseurs et des statines. Les conséquences de ce désintérêt des pouvoirs publics et de la population pour la prévention des maladies cardio-vasculaires devrait conduire à observer une augmentation des pathologies cardio-vasculaires dans les années à venir.

Augmentation de l’usage des appareils d’automesure de la tension chez les hypertendus traités en France

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 15 Déc 2015. Posté dans Actualités

L’étude FLAHS réalisée par le CFLHTA en 2015 indique que 44% des hypertendus traités dispose d’un appareil d’auto-mesure pour la pression artérielle. La possession de tensiomètre par les hypertendus est en augmentation car elle était de 36% en 2010.

Pour évaluer l’efficacité du traitement de l’hypertension artérielle, les médecins spécialistes recommandent la réalisation des mesures en position assise, après 5 minutes de repos et en effectuant 3 mesures consécutives séparées de 2 minutes d’intervalle, le matin avant le petit- déjeuner et le soir avant le coucher.  C’est en réalisant le relevé d’automesure qu’une moyenne des mesures est obtenue pour la pression systolique et pour la pression diastolique. SI la tension est inférieure à 135 pour la pression systolique et inférieure à 85 pour la pression diastolique, l’hypertension artérielle est considérée comme contrôlée et la protection contre les complications de l’hypertension est assurée.

L’enquête FLAHS 2015 indique que chez les patients hypertendus traités âgés de plus de 55 ans, une hypertension est contrôlée chez 60% des femmes et chez 51 % des hommes.

Les  résultats détaillés de l’étude FLAHS 2015 ont été présentés lors du congrès des Journées de l’HTA à Paris les 17 et 18 décembre 2015.

Le CFLHTA recommande d’imprimer le relevé d’automesure  et de le remplir avant chaque visite chez un médecin afin d’apporter toutes les informations permettant de renouveler le traitement antihypertenseur en toute sécurité.

Le relevé d’automesure est téléchargeable gratuitement.

La consommation excessive de sel chez l’hypertendu concerne 25% des hommes et 13% des femmes vivant en Ile-de-France

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 15 Jan 2015. Posté dans Actualités

Chez les hypertendus une consommation de sel de plus de 12 grammes par jour est considérée comme excessive. Une étude récente réalisée par l’équipe du Pr Xavier Girerd (Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris) montre que chez des hypertendus d’Ile-de-France la consommation quotidienne de sel est de 7,2 grammes chez les femmes et de 8,9 grammes chez les hommes. Une consommation excessive de sel est notée chez 25% des hommes et chez 13% des femmes. L’obésité est notée chez 55% des consommateurs excessifs de sel. Entre 2009 et 2014, une diminution de la consommation de sel a été observée dans la population féminine mais aucun changement n’a été noté dans la population masculine.

La majorité de l’apport en sel est « caché » dans les aliments et c’est une consommation trop importante de pain, de fromage ou de charcuterie qui provoque la consommation excessive de sel. D’autres aliments comme les pizzas, quiches, les poissons fumés, les crevettes, les olives, les chips, les graines salées, mais aussi les bouillons cubes contiennent des quantités trop élevées de sel et une consommation importante est à éviter chez les hypertendus.

Pour dépister une consommation excessive de sel, il est conseillé de répondre au questionnaire ExSel qui permet de reconnaitre l’origine du sel consommé en excès par les hypertendus.