Comité Français de Lutte Contre l'Hypertension Artérielle

Baisse du nombre des patients traités par antihypertenseurs et par statines : un inquiétant indicateur de la mauvaise observance des traitements dans la population Française

Ecrit par Webmaster CFLHTA le 22 Jan 2018. Posté dans Actualités

Durant le congrès annuel de la Société Française de Cardiologie qui s’est tenu à Paris du 16 au 19 janvier 2018, le Professeur Xavier Girerd, directeur scientifique des études FLAHS réalisées par le Comité Français de lutte contre l’HTA a communiqué que le nombre des patients traités par antihypertenseurs entre 2012 et 2017 avait diminué de 12 % et que le nombre des patients traités par des médicaments anti-cholestérol (statines et fibrates) avait diminué de 23%. FLAHS17_Statine-pdf-1024x768.jpg

Ces importantes diminutions sont confirmées par l’assurance maladie qui dans un rapport intitulé « Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses » a calculé qu’entre 2012 et 2015 le nombre des patients traités par antihypertenseurs ou hypolipémiants avait effectivement diminué de plus de 250 000. Le commentaire de ce résultat par l’assurance maladie étant « alors que sur la période on retrouve une augmentation de plus de 10 milliards des dépenses de santé, soit + 8,3 % sur la période, cette hausse des dépenses concerne tous les groupes à l’exception du groupe Traitements du risque vasculaire (antihypertenseurs et hypolipémiants) pour lequel on observe une baisse des dépenses de 325 millions d’euros sur l’ensemble de la période ».
Contrairement aux responsables de l’Assurance maladie qui se félicitent de ces chiffres, les médecins spécialistes en prévention cardio-vasculaire s’inquiètent de cette baisse de la prise en charge qui est un indicateur très significatif de la mauvaise observance des traitements antihypertenseurs et des statines. Les conséquences de ce désintérêt des pouvoirs publics et de la population pour la prévention des maladies cardio-vasculaires devrait conduire à observer une augmentation des pathologies cardio-vasculaires dans les années à venir.

Trackback depuis votre site.